Da Libération del 12/04/2006
Originale su http://www.liberation.fr/page.php?Article=374204

«Oui, je suis Bernardo Provenzano»

Après 43 ans de clandestinité, le patron de la mafia sicilienne, successeur de Toto Rina, a été cueilli mardi par la police dans une ferme des environs de Corleone.

di Christophe Alix

Il était recherché depuis... 1963! Bernardo Provenzano, le chef suprême de la mafia sicilienne, en fuite depuis 42 ans, a été arrêté mardi matin à quelques kilomètres de Corleone, dans le centre de la Sicile.

Alors que l'Italie vivait depuis lundi après-midi un suspense électoral de tous les instants (lire les articles), l'arrestation du boss mafieux par une cinquantaine de policiers d'élite, immédiatement confirmée par la justice italienne, a fait l'effet d'un coup de tonnerre. Le président de la République, Carlo Azeglio Ciampi, a téléphoné au ministre de l'Intérieur, Giuseppe Pisanu, pour le féliciter «très vivement» et a également remercié le chef de la police, Gianni de Gennaro, pour ce «très très beau coup de filet». «On ne peut que se féliciter de l'arrestation du plus dangereux de tous les représentants de la mafia», s'est exclamé, à peine remis de sa nuit électorale, Piero Fassino, le leader des démocrates de gauche, principal parti de la coalition de l'Olivier conduite par Romano Prodi.

L'arrestation a eu lieu dans une ferme, à quelques kilomètres de la petite ville de Corleone, considérée comme l'épicentre de la mafia sicilienne, dont le nom a inspiré celui de la famille de la saga du «Parrain», le film de Francis Ford Coppola. En jeans et tee-shirt, non armé et seul, Bernardo Provenzano n'a pas opposé de résistance. Dans un premier temps, il aurait refusé de reconnaître son identité, très vite confirmée par la direction nationale antimafia à Rome. Après avoir nié, il a admis «oui, je suis Bernardo Provenzano».

Le patron aurait été trahi par un «pizzino», ces messages codés griffonés sur des bouts de papier utilisés par les mafieux pour s'échanger des messages. D'après le quotidien «La Repubblica», Bernardo Provenzano en avait plusieurs dans ses poches.
Dans la ferme où il a été arrêté, et où il semble qu'il vivait dans un isolement quasi-total par souci de sécurité et de discrétion, la police a retrouvé une machine à écrire et de nombreuses lettres.

Originaire de Corleone, pas loin de Palerme, Bernardo Provenzano, né le 31 janvier 1933, était passé à la clandestinité trente ans plus tard, en 1963! Agé aujourd'hui de 72 ans, il était devenu le chef suprême de Cosa Nostra après l'arrestation en janvier 1993 de Toto Riina, commanditaire des assassinats, en 1992, des juges antimafia Giovanni Falcone et Paolo Borsellino. De lui, l'ancien boss de la mafia Luciano Liggio, également originaire de Corleone, disait qu'il «tirait comme un ange».

Fin 2003, sa présence avait été signalée dans une clinique de Marseille, en France, où il était venu se faire opérer d'une tumeur à la prostate sous un faux nom. C'est sur la base de témoignages recueillis auprès de médecins de la clinique que l'actuel procureur national anti-mafia, Piero Grasso, avait fait diffuser en 2005 un portrait robot de Provenzano, présenté comme un homme malade de 1,65 mètre, pesant 68 kg et portant une cicatrice au cou. Puis, plus rien, jusqu'à la fin du mois de mars dernier, où son avocat, Salvatore Traina, avait annoncé sa «mort depuis plusieurs années». «J'en ai la conviction», avait-il assuré, «elle est fondée sur des éléments solides».

Le nom de Bernardo Provenzano apparaît dans des centaines de procédures pénales et a été cité autant de fois dans les procès anti-mafia depuis le début des années 1980. Tous les «boss» repentis de Cosa nostra ont rapporté son nom et raconté aux juges le rapport très complexe «d'amour-haine» qu'il a entretenu pendant un quart de siècle avec l'ex-patron de la «cupola» (le «parlement» de la mafia sicilienne), Totò Riina, sous les verrous depuis 1992. Provenzano appartenait initialement à la bande de Luciano Liggio de Corleone, dont faisait également partie son «concurrent» Totò Riina, et a commis ses premiers meurtres au début des années 1960, lors de la guerre qui a opposé le clan corleonais au clan palermitain des Navarra.

Connu sous le nom de «Zu Binu» en dialecte sicilien ou «u tratturì», le tracteur, pour sa détermination sans failles, il était donc jusqu'à mardi matin le chef suprême de la mafia. Mais son visage était ignoré de la plupart de ses collaborateurs et «soldats» du clan corleonais, Bernardo Provenzano ne communiquant que par ces messages codés envoyés à ses rares hommes de confiance. «La capture de Bernardo Provenzano est l'extraordinaire résultat d'un travail discret, patient, déterminé et professionnel», s'est félicitée la direction régionale antimafia, ajoutant que Provenzano assurait bien «la direction opérationnelle» de la mafia jusqu'à mardi matin. «L'Etat est bien là et continue de remplir son rôle», a pour sa part déclaré le procureur antimafia Piero Grasso dans une allusion à peine voilée à ceux qui doutaient de la volonté des autorités de mettre fin à la longue carrière criminelle de Bernardo Provenzano.

Sullo stesso argomento

Articoli in archivio

Rita Borsellino, sola contra la Mafia Añadir a Mi carpeta
La hermana de un juez asesinado por el crimen organizado lucha por la presidencia de la región de Sicilia
di Enric González su El Pais del 26/12/2005

News in archivio

''Provenzano ha consolidato la sua 'strategia di inabissamento'''
Dia: ''Ponte di Messina tra gli interessi della mafia''
su Adnkronos del 04/04/2006
 
Cos'� ArchivioStampa?
Una finestra sul mondo della cultura, della politica, dell'economia e della scienza. Ogni giorno, una selezione di articoli comparsi sulla stampa italiana e internazionale. [Leggi]
Rassegna personale
Attualmente non hai selezionato directory degli articoli da incrociare.
Sponsor
Contenuti
Notizie dal mondo
Notizie dal mondo
Community
• Forum
Elenco degli utenti

Sono nuovo... registratemi!
Ho dimenticato la password
• Sono già registrato:
User ID

Password
Network
Newsletter

iscriviti cancella
Suggerisci questo sito

Attenzione
I documenti raccolti in questo sito non rappresentano il parere degli autori che si sono limitatati a raccoglierli come strumento di studio e analisi.
Comune di Roma

Questo progetto imprenditoriale ha ottenuto il sostegno del Comune di Roma nell'ambito delle azioni di sviluppo e recupero delle periferie

by Mondo a Colori Media Network s.r.l. 2006-2019
Valid XHTML 1.0, CSS 2.0