Da Le Monde del 15/12/2005
Originale su http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-721366,0.html

L'Italie se dote d'une nouvelle loi électorale jugée favorable à Berlusconi

Les élections italiennes se feront désormais à la proportionnelle, le Parlement italien ayant définitivement approuvé, mercredi 14 décembre, la réforme électorale. Selon l'opposition, cette décision favorisera le président du Conseil, Silvio Berlusconi, lors des législatives d'avril 2006. Il pourra ainsi réduire l'ampleur de sa défaite dans ce scrutin annoncée par les sondages.

La coalition de centre gauche, emmenée par l'ancien président de la Commission européenne, Romano Prodi, est en effet créditée d'une avance confortable de dix points – 53 % des intentions de votes – sur le centre droit. Avec l'ancienne loi, les partis soutenant M. Prodi auraient obtenu environ 380 députés, tandis qu'avec la réforme, ils n'auront que 340 des 630 sièges. L'opposition redoute que le nouveau système accroisse l'instabilité politique en accordant aux vainqueurs des élections une majorité parlementaire trop fragile. Elle craint en outre que les deux chambres du Parlement soient dirigées par des majorités différentes.


"UNE LOI INDIGNE"

L'opposition a dénoncé mercredi la volonté de la majorité de changer les règles du jeu à quatre mois seulement des élections. Elle a annoncé son intention de modifier ce dispositif si elle remporte les législatives d'avril 2006. "Dans l'attente de trouver un consensus pour une nouvelle loi électorale plus équilibrée et acceptée par l'opposition, nous rétablirons l'ancienne", a promis Romano Prodi."Nous ne laisserons certainement pas survivre cette loi indigne adoptée par une méthode et avec des intentions incompatibles avec le plus élémentaire respect des règles démocratiques", a-t-il expliqué. Le système actuel avait permis à l'Italie de connaître une stabilité gouvernementale sans précédent.

Mais pour les partisans de cette réforme, la nouvelle loi est plus transparente et plus démocratique que l'ancien système, mélange complexe de scrutin majoritaire et de proportionnelle, introduit en 1993. Pour entrer en vigueur, la loi doit encore être promulguée par le président de la République, Carlo Azeglio Ciampi.
Annotazioni − Avec AFP

Sullo stesso argomento

Articoli in archivio

su Financial Times del 21/11/2005
Leopoldo Elia, juriste, critique la réforme de la Constitution approuvée par le Sénat
«Un risque pour la cohésion de l'Italie»
di Eric Jozsef su Libération del 18/11/2005
Quindici anni sprecati?
Il paradosso della riforma federalista
di Sergio Romano su Corriere della Sera del 17/11/2005
 
Cos'� ArchivioStampa?
Una finestra sul mondo della cultura, della politica, dell'economia e della scienza. Ogni giorno, una selezione di articoli comparsi sulla stampa italiana e internazionale. [Leggi]
Rassegna personale
Attualmente non hai selezionato directory degli articoli da incrociare.
Sponsor
Contenuti
Notizie dal mondo
Notizie dal mondo
Community
• Forum
Elenco degli utenti

Sono nuovo... registratemi!
Ho dimenticato la password
• Sono già registrato:
User ID

Password
Network
Newsletter

iscriviti cancella
Suggerisci questo sito

Attenzione
I documenti raccolti in questo sito non rappresentano il parere degli autori che si sono limitatati a raccoglierli come strumento di studio e analisi.
Comune di Roma

Questo progetto imprenditoriale ha ottenuto il sostegno del Comune di Roma nell'ambito delle azioni di sviluppo e recupero delle periferie

by Mondo a Colori Media Network s.r.l. 2006-2020
Valid XHTML 1.0, CSS 2.0