Da Le Figaro del 31/07/2006
Originale su http://www.lefigaro.fr/international/20060731.FIG000000125_naufrage_de...

Naufrage de clandestins au large de la Sicile

L'Espagne ayant mis en place un système plus rigoureux de contrôle, une partie des flux migratoires se déplace vers l'Italie

TRENTE CLANDESTINS, dont huit enfants, sont morts noyés dans le naufrage de deux embarcations qui devaient les conduire en Italie, en plein milieu du canal de Sicile. Les rescapés ont été conduits à Lampedusa et à La Valette. «J'ai tenu mon frère dans mes bras jusqu'à son dernier souffle. Quand il est mort, nous avons dû le jeter par-dessus bord», raconte l'un des quatorze survivants recueillis par la frégate italienne Sibilla.

Treize de leurs compagnons d'infortune sont morts de faim et de déshydratation pendant une odyssée de vingt jours à bord d'une barque de quelques mètres de long. «Un sabot en résine guère plus grand qu'une baignoire, sans voile ni banc ni aucune protection contre un soleil de plomb», a indiqué le commandant de l'unité navale, le capitaine Stefano Bricchi, cité par la presse italienne. «Quand nous les avons secourus, ils n'avaient plus ni carburant ni vivres depuis une semaine. Ils avaient fini leur maigre provision d'eau plusieurs jours auparavant. Ils ressemblaient à des fantômes, avec seulement la peau sur les os. La plupart n'arrivaient plus à se tenir debout.»

L'embarcation a été secourue samedi matin à environ 130 milles au sud-est de l'île italienne de Lampedusa. Les clandestins, tous des hommes âgés de vingt à trente-cinq ans, étaient en majorité érythréens, mais compteraient aussi parmi eux des Maliens et des Egyptiens. Ils étaient partis de Libye.


LES MORTS JETÉS À LA MER

Autre drame de la mer : hier à l'aube, un pêcheur italien a débarqué à La Valette treize émigrés, cinq femmes et huit hommes de nationalité somalienne, recueillis en pleine mer à 40 milles au sud de l'île. D'après les rescapés, dix-sept autres clandestins, dont huit enfants et un bébé de quarante jours, n'auraient pas survécu et auraient été jetés à la mer.

Selon le ministre de l'Intérieur, Giuliano Amato, plus de deux mille désespérés ont traversé le canal de Sicile sur des embarcations de fortune au cours des quinze derniers jours. Soit 20% d'augmentation par rapport à l'an dernier. Ce week-end, deux autres bateaux ont été secourus par des unités de la marine italienne. La première, à seize milles au sud-est de Raguse (Sicile), transportait trente-cinq immigrés dont sept femmes et un bébé de six mois. La deuxième, à dix-sept milles dans l'est de Lampedusa, comptait trente et un passagers. C'est l'un d'eux, muni d'un téléphone satellitaire, qui a signalé sa position à un parent résidant en Italie.

Première cause de cet afflux : la politique de fermeté du gouvernement espagnol qui incite les candidats à l'immigration à tenter leur chance vers l'Italie. Cela bien que les trafiquants libyens exigent de 1 500 à 2 000 euros par clandestin. Ces changements de flux migratoires sont signalés par l'Office de l'ONU contre la drogue et le crime.

La seconde raison découle de la première : c'est l'espoir d'être mieux accueilli en Italie, où le gouvernement de Romano Prodi prépare pour l'automne une loi qui accordera la nationalité italienne au bout de cinq ans de séjour et étendra le regroupement familial jusqu'aux grands-parents. Mais la droite promet «d'élever des barricades» contre un projet qui ferait venir «100 000 personnes âgées en Italie».

Giuliano Amato appelle pour sa part l'Union européenne à aider l'Italie à faire front à une situation «extrêmement difficile». Vendredi, le vice-président de la Commission de Bruxelles, Franco Frattini, a annoncé une série de mesures visant à freiner l'afflux de clandestins. Des unités navales italiennes, grecques et maltaises devraient patrouiller de concert en Méditerranée à partir du mois d'août. Bruxelles annonce de son côté une reprise des contacts avec Tripoli.

Sullo stesso argomento

Articoli in archivio

Immigrazione i tragici racconti dei clandestini approdati a Lampedusa, mentre esplode la polemica tra maggioranza e opposizione sul futuro della «Bossi-Fini»
«La mia piccola morta di freddo sul barcone»
Mary aveva un anno, il cadavere gettato in mare
di Francesca Paci su La Stampa del 26/08/2006
Una tendencia que preocupa a la UE
El drama de los ilegales irrumpe con crudeza en el verano europeo
Las playas se llenan de inmigrantes
di Elisabetta Piqué su La Nación del 21/08/2006
 
Cos'� ArchivioStampa?
Una finestra sul mondo della cultura, della politica, dell'economia e della scienza. Ogni giorno, una selezione di articoli comparsi sulla stampa italiana e internazionale. [Leggi]
Rassegna personale
Attualmente non hai selezionato directory degli articoli da incrociare.
Sponsor
Contenuti
Notizie dal mondo
Notizie dal mondo
Community
• Forum
Elenco degli utenti

Sono nuovo... registratemi!
Ho dimenticato la password
• Sono già registrato:
User ID

Password
Network
Newsletter

iscriviti cancella
Suggerisci questo sito

Attenzione
I documenti raccolti in questo sito non rappresentano il parere degli autori che si sono limitatati a raccoglierli come strumento di studio e analisi.
Comune di Roma

Questo progetto imprenditoriale ha ottenuto il sostegno del Comune di Roma nell'ambito delle azioni di sviluppo e recupero delle periferie

by Mondo a Colori Media Network s.r.l. 2006-2021
Valid XHTML 1.0, CSS 2.0